Station d'épuration de la communauté de communes du pays d'Erstein

Station d'épuration de la communauté de communes du pays d'Erstein

Le projet

Dans les pays développés, l'épuration des eaux usées est une problématique maitrisée depuis des décennies. La collecte et le traitement de ces eaux avant leur rejet au milieu naturel est une étape importante dans l'équilibre entre les activités humaines, industrielles et la préservation de la Nature.

Consciente de l'enjeu environnemental et sociétal, la Communauté de Communes du Pays d'Erstein a lancé dès 2007 une réflexion sur l'optimisation des systèmes d'épuration qui traitent les effluents de 10 communes : Bolsenheim, Erstein, Hindisheim, Hipsheim, Ichtratzheim, Limersheim, Nordhouse, Osthouse, Schaeffersheim et Uttenheim. Suite au transfert complet de la compétence assainissement opéré en 2010, le SDEA a mis en oeuvre une véritable refonte technique de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales sur notre territoire.

Tous les dispositifs étant devenus obsolètes et saturés, les élus de la Commission Locale du Pays d'Erstein, sous la présidence de Clément HISS jusqu'en 2014, ont opté pour la construction d'une nouvelle station d'épuration unique à Erstein, portant sa capacité à 33 000 équivalents-habitant, anticipant ainsi l'évolution de la population pour lesprochaines décennies.

Ces nouveaux ouvrages visent à atteindre les meilleurs résultats épuratoires et environnementaux avec des aménagements permettant une sécurisation maximale du traitement, notamment par une conception double file et une Zone de Rejet Végétalisée ainsi qu'une performance énergétique optimale grâce à une aération à haute efficience.

Véritable pièce maitresse de l'épuration intercommunale des eaux usées, la station d'épuration s'inscrit dans un contrat cadre pour la reconquête de la qualité des milieux aquatiques de la Scheer et de l'Andlau. Ce programme partenarial innovant intègre également des travaux de restauration écologique des cours d'eau porté par la Communauté de Communes du Pays d'Erstein, des actions de sensibilisation à la réduction de l'utilisation des pesticides mais aussi la mise en oeuvre d'une politique volontariste à destination des entreprises de réduction des pollutions diffuses.

Ce projet intercommunal n'aurait pu se concrétiser sans les efforts du SDEA, des partenaires financiers que sont l'Agence de l'Eau Rhin-Meuse et le Conseil Départemental du Bas-Rhin, ainsi que la Communauté de Communes du Pays d'Erstein. L'ensemble de l'opération a respecté l'enveloppe budgétaire prévue dans le cadre d'une gestion rigoureuse de l'argent public.
En visant le long terme, nous livrons aux générations futures un outil performant et respectueux de l'environnement.


Marc DRESSLER,
Président de la Commission Locale du Pays d'Erstein

Le fonctionnement

Un maillon essentiel

Une station d'épuration est le maillon essentiel du cycle de l'eau. C'est une usine de dépollution des eaux usées avant leur rejet au milieu naturel. Elle permet de maintenir l'équilibre de l'écosystème aquatique. La station d'épuration du Pays d'Erstein est conçue pour traiter les eaux usées des communes de Bolsenheim, Erstein, Hindisheim, Hipsheim, Ichtratzheim, Limersheim, Nordhouse, Schaeffersheim et Uttenheim, soit l'équivalent de 33 000 habitants.

Les prétraitements

En arrivant sur la station, l'eau entrante, dénommée effluent, doit subir un ensemble d'actions préliminaires à son traitement biologique que l'on appelle prétraitements.

Ils se composent des éléments suivants :

  • Dégrilleur grossier
  • Pompage
  • Dégrilleurs fins
  • Canal Venturi
  • Dessableur-déshuileur

En arrivant gravitairement sur la station, les eaux sont dégrillées grossièrement : les plus gros déchets sont enlevés (maille de passage 20 mm). Après pompage pour les relever en haut des ouvrages, les eaux brutes sont dégrillées une nouvelle fois sur des dégrilleurs fins (maille de passage 3 mm), puis comptabilisées sur un canal Venturi. Les eaux sont ensuite dessablées et déshuilées dansun ouvrage cylindro-conique. Les sables décantent en fond d'ouvrage d'où ils sont régulièrement extraits pour être envoyés vers un classificateur. Un système d'aération assure la flottation des graisses qui sont raclées en surface.

Le bassin biologique et le clarificateur

C'est le coeur de la station d'épuration : le principe est de maintenir un milieu adéquat pour que des bactéries, naturellement présentes dans l'eau, dégradent la pollution engendrée par l'activité humaine.

Les eaux prétraitées sont mises au contact de microorganismes, les boues activées, qui dégradent la pollution. L'oxygène nécessaire au bon fonctionnement biologique est apportée en fond d'ouvrage par des diffuseurs fines bulles et des surpresseurs haute performance.

L'eau traitée est ensuite séparée de la boue activée dans deux ouvrages de décantation : les clarificateurs. Des ponts suceurs aspirent les boues au fond de ceux-ci et les transfèrent vers les postes de recirculation où elles sont, soit renvoyées vers les bassins biologiques, soit extraites vers le silo à boue.

La zone de rejet végétalisée

Dans la lignée des préconisations de l'Agence de l'eau, une zone de rejet végétaliséea été prévue en sortie de station avant le rejet de l'eau traitée vers l'Ill.

La sortie de la station d'épuration a été aménagée de manière à imiter un cours d'eau naturel. Pour cela, des aménagements rustiques ont été réalisés et des techniques végétales telles que le talutage des berges en pente douce, des ilots, ainsi qu'un exutoire dirigé dans le sens du courant du cours d'eau ont été utilisés. Cet aménagement permet d'accompagner les écoulements en sortie de station et de limiter encore plus les impacts du rejet dans l'Ill.

L'objectif recherché, dans le cadre de ces actions de création de zones humides en aval du système d'épuration, est l'accueil de la biodiversité caractéristique de ces milieux (flore et faune). De plus l'ensemble crée une harmonie naturelle contribuant à l'esthétique de l'ensemble du site.

Le traitement des boues

Les boues en excès extraites du système biologique doivent être traitées afin d'en extraire l'eau et de réduire leur volume.

Les boues en excès, qui correspondent à la pollution éliminée, vont ensuite subir plusieurs traitements de manière à réduire leur volume. Elles sont dans un premier temps extraites à partir du poste de recirculation pour être envoyées vers un silo à boues hersé qui vont permettre de passer d'une concentration de 7 g/l à 25 g/l.

À la suite de cette première étape, elles vont être, soit épandues sous forme liquide en agriculture, soit après injection de polymère pour faciliter la séparation de l'eau de la matière sèche, être déshydratées sur des centrifugeuses qui permettront d'atteindre une concentration de plus de 200 g/l.
Ces boues sont ensuite stockées dans une airefermée et désodorisée avant d'être compostées.

Le compostage

Les boues déshydratées vont être compostées pour réduire leur volume et augmenter leur valeur agronomique.

La station d'épuration intègre une plate-forme complète de compostage accéléré.
Les boues sont mélangées à des déchets vertset à un structurant mécanique (branchages, petit bois). L'ensemble va être broyé et mis en tas dans des tunnels où un soufflage par le plancher va activer le phénomène naturel du compostage.
Au bout de quelques semaines, elles seront retirées des tunnels pour être stockées à l'écart et finir doucement leur maturation.
À la fin du processus, on dispose d'un compost de qualité qui sera valorisé en agriculture.

La désodorisation

L'intégralité du traitement des boues est ventilé puis l'air est extrait et désodorisé par voie physico-chimique et biologique.

Afin de réduire les nuisances olfactives au niveau de l'environnement de la station, mais également pour la sécurité et la qualité de l'ambiance de travail du personnel exploitant, une ventilation, couplée à une désodorisation, a été prévue.

Les zones de stockage des boues et le compostage ont été équipés d'un réseau de gaines qui permet d'aspirer l'air en de nombreux points. Le réseau est relié à un ventilateur d'un débit maximal de 30 000 m3/h. L'air extrait passe par une désodorisation physicochimique couplée à une désodorisation biologique. Le principe consiste tout simplement à transformer les molécules odorantes en composants inertes en les faisant passer dans une tour où l'on pratique une injection d'acide, puis par un biofiltre.

Le bâtiment d'exploitation

Dans une démarche d'éco-construction, l'ancien bâtiment a été rénové pour être réutilisé avec la qualification thermique RT 2012.

L'ancien bâtiment a été réaménagé pour accueillir le laboratoire, le vestiaire et les sanitaires ainsi que le local déshydratation au rez-de-chaussée. A l'étage, le local de commande dominant la station permet d'accueillir la supervision nécessaire afin de piloter l'ensemble du site.

Schéma de la station d'épuration
  1. 1Les prétraitements
  2. 2Le bassin biologique et le clarificateur
  3. 2Le bassin biologique et le clarificateur
  4. 3La zone de rejet végétalisée
  5. 4Le traitement des boues
  6. 5Le compostage
  7. 6La désodorisation
  8. 7Le bâtiment d'exploitation

Cliquez sur les points pour afficher les détails

  • Les prétraitements
    Les prétraitements
  • Le bassin biologique et le clarificateur
  • La zone de rejet végétalisée
    La zone de rejet végétalisée
  • Le traitement des boues
    Le traitement des boues
  • Le compostage
  • La désodorisation
  • Le bâtiment d'exploitation
    Le bâtiment d'exploitation

Les chiffres clés

Volume journalier
Volume traités
8 800 m3/j temps sec
16 100 m3/j temps de pluie
Capacité de traitement
Capacité de traitement
33 000 EH (équivalents-habitants)
Capacité des ouvrages
Capacité des ouvrages
8 200m3 volume total du bassin biologique
(zone de contact et zone d'aération)

Les partenaires financiers

  • SDEA
    SDEA
  • Communauté de Communes du Pays d'Erstein
    Communauté de Communes du Pays d'Erstein
  • Conseil Départemental du Bas-Rhin
    Le conseil Départemental du Bas-Rhin
  • Agence de l'eau Rhin-Meuse
    Agence de l'Eau Rhin-Meuse
Montant de la station d'épuration : 9 980 000 € Montant de la station d'épuration
  • SDEA-Périmètre du Pays d'Erstein
  • Conseil Départemental du Bas-Rhin
  • Agence de l'Eau Rhin-Meuse
Montant des modifications sur les réseaux de collecte : 2 970 000 € Montant des modifications sur les réseaux de collecte
  • SDEA-Périmètre du Pays d'Erstein
  • Conseil Départemental du Bas-Rhin
  • Agence de l'Eau Rhin-Meuse

Les intervenants

  • SDEA
    Exploitant de la station d'épuration SDEA
  • Vinci Construction
    Conception/Construction Vinci Construction
  • Urban Dumez
    Génie civil Urban Dumez
  • SOGEA Est
    Process SOGEA Est
  • MULLER Travaux hydrauliques
    Réseaux MULLER Travaux hydrauliques
  • SAP2i
    Sous traitant électricité-automatismes SAP2i
  • CMI
    Sous-traitant désodorisation/ventilation CMI

Contact

Coordonnées

Syndicat des Eaux et de l'Assainissement Alsace-Moselle
Tél. : 03 88 19 29 19
www.sdea.fr

Pour visiter la station : cliquez ici